‘Le Horla’ (par Guy de Maupassant)

‘Le Horla’ raconte une période de la vie du narrateur. Le récit commence en mai. Le narrateur est émerveillé par la beauté du temps, or bientôt il se sent oppressé et apeuré par quelque chose, qui lui est indistinguable et impalpable. Sa maladie augmente progressivement et il pense qu’il sombre dans la folie. Pour se remettre de son état faible, il visite le Mont Saint-Michel. Il est guéri … cependant à son retour à la maison, quelqu’un boit son eau et son lait, chaque nuit, et rien d’autre. Le narrateur se rassure, par une simple expérience, que ce n’est pas lui-même ! Il s’échappe de sa propre maison et va à Paris, pourtant dès qu’il rentre, il est encore tourmenté par un esprit invisible qui finit par le contrôler. Apeuré, il essaye de capturer ce Horla (l’être invisible). Il brûle sa propre maison, après avoir enfermé le Horla et verrouillé les portes et les fenêtres … néanmoins, le Horla n’est peut-être pas encore mort !

Je n’ai jamais lu un livre pareil. Ce récit explore la psychologie humaine dans des conditions extrêmes ou bizarres, et l’effet que les sens humains peuvent avoir sur la condition physique quand ils sont confrontés avec des paradoxes inexplicables. À la fin de cette histoire, le narrateur résout de se tuer. Je pense que c’est une fin aussi dramatique qu’inattendue.

Je conseillerais ce livre à ceux qui s’intéressent aux changements que nos sens produisent sur l’esprit humain.

Par Naomi

No comments yet.

Leave a Reply